> Retour à la description générale du projet

À PROPOS DE L'ÉDITION 2013

L'édition 2013 du cours a permis de jeter les bases du projet en créant les contenus suivants :

  • • Une chronologie illustrée de l'histoire de Sherbrooke
  • • Cinq circuits de visite virtuels
  • • Des informations générales complémentaires sur la population et l'espace (tableaux, cartes et graphiques)

À travers ce projet, les étudiants ont dû composer avec une organisation du travail différente de celle des travaux de recherche habituels en histoire. Les tâches étaient réparties sur l'ensemble des étudiants, incluant un processus de validation des contenus, de révision linguistique et de traduction. Les étudiants se sont aussi initié aux enjeux de communication en développant des stratégies visant à faire connaître le projet à travers les médias sociaux.

Afin d'assurer la réalisation du projet à l'intérieur du calendrier académique, nous avons privilégié l'utilisation de ressources existantes telles que le widget Timeline pour afficher la ligne du temps et la plate-forme HistoryPin pour diffuser les circuits de visite. Nous avons eu recours aux services de développeurs web d'expérience pour concevoir les fiches de saisie, le design du site et sa mise en forme.

Le lancement du projet s'est fait dans le cadre d'un événement public le 25 avril 2013. Cet événement vise à faire connaître la contribution des étudiants à la connaissance et à la mise en valeur de l'histoire et du patrimoine de Sherbrooke et à les remercier de leur participation à cette aventure. Nous avons pu accueillir les étudiants, les professeurs, les amis, les partenaires et les passionnés de l'histoire et du patrimoine de Sherbrooke au Grand Hôtel Times de Sherbrooke, sur le bord du Lac des Nations.

Le projet a bénéficié de l'appui de plusieurs partenaires scientifiques, logistiques et financiers. La Société d'histoire de Sherbrooke a défini les thèmes des circuits de visite et nous a fourni de nombreuses photos d'époque. Le Centre de ressources des Cantons-de-l'Est nous a appuyé dans la traduction des textes et nous a aussi donné accès à sa collection de photos. La Ville de Sherbrooke nous a fourni des informations historiques concernant certains maires et nous a guidé dans certaines recherches. Destination Sherbrooke a accepté que nous utilisions certaines photographies récentes présentant les paysages de la ville. Jean-Marie Dubois a autorisé la reproduction de cartes publiées dans Bulletin de recherches du Département de géographie de l'Université de Sherbrooke. Cécile Armand et Steve Quirion, spécialistes des lignes du temps, ont accepté de discuter avec nous du concept de temps et de l'utilisation des lignes du temps en recherche, en enseignement et en diffusion de l'histoire. Le Département d'histoire et la Faculté des Lettres et sciences humaines de l'Université de Sherbrooke ont offert un appui logistique en nous prêtant des ressources pour mener à bien le projet. Destination Sherbrooke nous a orienté dans la recherche d'un lieu approprié pour tenir notre événement.

Les 35 étudiants du cours ont contribué beaucoup de temps et consacré beaucoup d'effort à ce projet. Afin de mieux les appuyer, nous avons pu bénéficier du soutien financier du Laboratoire d'histoire de patrimoine de Montréal et de Montréal, plaque tournante des échanges, deux équipes de recherche auxquelles est associé le professeur Léon Robichaud. Nous avons aussi pu obtenir l'appui financier du Département d'histoire de l'Université de Sherbrooke, ainsi que des députés Jean Rousseau (NPD, Compton-Stanstead) et Réjean Hébert (PQ, Saint-François, ministre de la Santé, des Services sociaux), grâce auxquels nous avons pu offrir des prix à quelques étudiants du groupe.

Au fur et à mesure que nous pourrons développer le site, nous pourrons intégrer des événements proposés par le public et offrir des outils aux enseignants pour faciliter l'intégration de ces informations dans l'apprentissage de l'histoire aux niveaux primaire et secondaire.

Liste des étudiants de l'édition 2013

  • Alexandre Aubé-Côté
  • Anne Catherine Bélanger-Catta
  • Michael Bergeron
  • Jérémy Besserer-Lemay
  • Charlène Bouffard-Demers
  • Guillaume-Marc Caza
  • Maxime Corriveau
  • Jean-Michel Daoust
  • Victor Dostie
  • Jordane Dumont
  • Cassandra Fortin
  • Jonathan Fortin
  • Olivier Gaudet
  • Olivier Guimond
  • Olivier Jacques
  • Michaël Jacques
  • Bruno Jutras
  • Amy Labrosse-Proulx
  • Cedrik Lampron
  • Jean-Simon Legault-St-Amour
  • Mickaël Lessard-Quintal
  • Mathieu Lévesque-Dupéré
  • Rose Lewis
  • Maxime Lussier
  • Vicky Martineau
  • Gustavo Adolfo Martinez Basaldua
  • Philippe Ménard
  • Olivier Pelletier
  • Jules-Valéry Perras-Foisy
  • Dhyana Robert
  • Philippe Robert-Staehler
  • Julien Seves
  • Jessica Timma Ngassa
  • François Toutée
  • Philippe Tremblay

L'expérience étudiante

«Sherbrooke, histoire et patrimoine, c'est un projet de longue haleine, mais où tous et toutes ont pu mettre à profit leurs connaissances et leurs forces. Nous avons su créer une interface dynamique et complète, grâce aux efforts de chacun, étudiants comme professeur. Sherbrooke a maintenant une plus grande place dans le monde virtuel, espace que la discipline historique apprivoise de plus en plus. La chronologie que nous avons créée permet, tout comme les circuits de visite disponibles sur HistoryPin, une diffusion de l'histoire régionale et de l'histoire urbaine qui délaisse les grands centres, apportant une diversité à l'histoire québécoise, afin de mieux connaître l'espace bâti, comme humain, du Québec.»

- Anne Catherine Bélanger-Catta -

«Le projet me sort du cadre ordinaire de la majorité des cours d'histoire. En effet je «voyage» à travers la ville de Sherbrooke. Mes recherches m'ont menées à Bromptonville. Il s'agissait pour moi de retrouver des événements passés ou présents et de les replacer dans leur contexte historique, et ce par un travail numérique. Les images, les rues, les textes accentuent mes connaissances, mais aussi celles du public auquel je vais m'adresser. »

- Jessica Timma Ngassa -

«Sherbrooke, histoire et patrimoine est une opportunité à laquelle il m'a été donné de participer. Associer informatique et histoire... Voilà une idée qui peut paraître étrange à plus d'une personne. Pour ma part, je pense que cette combinaison permet au plus grand nombre de s'intéresser à l'histoire et de mieux la connaître. Évidemment, ce projet a demandé beaucoup de travail, toutefois, il m'a permis de me familiariser avec différents outils essentiels à l'historien; aussi, il s'agit d'une expérience nouvelle que celle d'être évaluée par le grand public. Ce projet permet de sortir de la salle de classe et de travailler dans un but qui n'est pas seulement celui de remettre un travail de session qui n'aura aucune continuité et aucun impact.

Cette expérience n'a fait que confirmer le choix que j'ai fait de m'inscrire à la maîtrise en histoire avec cheminement de type recherche en informatique appliquée à l'histoire pour la rentrée d'automne 2013.
»

- Dhyana Robert -

«Ce projet de recherche fut particulièrement intéressant, particulièrement en ce qui concerne la perspective où la démarche historienne de vulgarisation du patrimoine sherbrookois, permet d'approfondir les connaissances de l'environnement dans lequel nous vivons. Effectivement, étudier l'histoire de notre ville, dans un contexte où le résultat que nous allons livrer soit disponible à un public beaucoup plus vaste que seulement le cadre d'évaluation universitaire, est très gratifiant car, cela apporte une dimension concrète et pragmatique à la discipline historique.»

- Julien Seves -

«Ce projet a été très intéressant à réaliser et nous a permis de mettre en pratique les connaissances et les méthodes de recherches que l'on a apprises au cours des sessions précédentes. Ceci nous a vraiment permis d'appliquer l'histoire à un projet concret, ce qui est stimulant et différent qu'un simple cours théorique.»

- Philippe Ménard -

«CLa chronologie illustrée de Sherbrooke et les circuits de visite permettent de donner accès à un plus large public à l'univers de l'histoire, souvent cantonné au milieu universitaire. Ils nous donnent également la chance diffuser et de faire connaitre l'histoire de Sherbrooke et de mettre en valeur le potentiel académique des étudiants au baccalauréat en histoire à l'Université de Sherbrooke.»

- Amy Labrosse-Proulx -

«Il est rare que l'historien s'investisse dans l'espace public. Le projet de la chronologie permet de s'investir en abordant l'histoire du patrimoine sherbrookois, mais aussi de la vulgariser. Ainsi, il rejoint la population, mais aussi les visiteurs, en plus d'exposer la travail des étudiants en histoire.»

- Jonathan Fortin -

«Le projet Sherbrooke, histoire et patrimoine est une expérience d’apprentissage unique pour un étudiant en histoire. Par ce projet, nous avons tous pu collaborer à développer une ligne du temps sur l’histoire de Sherbrooke disponible sur Internet, en plus de circuits de visites des différents points d’intérêt de la ville. C’est l’aboutissement d’un travail complexe et monumental qui a mis à l’épreuve nos capacités d’analyse et de rédaction. Grâce aux nouvelles technologies, tous pourront avoir accès à l’histoire de Sherbrooke et vivre, par les circuits de visite une expérience unique. C’est un rendez-vous à ne pas manquer!»

- Cassandra Fortin -

«Pour moi, le projet Sherbrooke, histoire et patrimoine consiste en la découverte de la ville où j’étudie. Il me permet de voir, au-delà d’une vielle bâtisse en brique, le développement d’une ville industrielle. Il me permet de connaître, au-delà d’un nom de rue, le passé politique d’une ville où francophones et anglophones ont toujours cohabités. Il me permet de voir, au-delà des nombreux cours d’eau, les facteurs du développement économique d’une région. Mais en plus de tout cela, il me permet de faire revivre les souvenirs de mon père qui visitait la grande ville avec son père lorsqu’il était petit garçon et de visualiser dans leur contexte les histoires d’enfance de ma mère.»

- Jordane Dumont -

«Lorsque le projet nous a été présenté, mes sentiments étaient partagés: de l'enthousiasme et de l'angoisse. C'est que, d'une part, le projet semblait innovateur, dynamique et nous offrait une expérience concrète dans le domaine de l'histoire, mais, d'autre part, tout ça semblait très compliqué et très lourd. Or, aujourd'hui je me rend compte que, bien que cela ait été effectivement ardu, le projet Sherbrooke, histoire et patrimoine s'est avéré extrêmement formateur et très pertinent dans notre cheminement.»

- Olivier Guimond -

Partenaires de l'édition 2013

                    

                     

PARTENAIRES