Occupation amérindienne du territoire sherbrookois (-600-1800)

Avant la fondation de la ville de Sherbrooke, les Amérindiens parcourent les forêts des Cantons-de-l'Est dans leurs migrations saisonnières. Cette présence amérindienne remonte à près de 8000 ans et la région a longtemps été aux marges des espaces iroquoïens et algonquiens. Avec l'arrivée des Européens, les Abénaquis perdent des territoires à l'ouest aux mains des Mohawks et les colons anglais les poussent vers le nord, aux abords de la rivière Saint-François. Lors de la seconde moitié du 17e siècle, les futurs Cantons-de-l'Est sont en territoire abénaquis. Elle n'est jamais un lieu d'établissement permanent, mais plutôt un lieu de passage. La présence européenne qui entraîne différents bouleversements qui poussent les Abénaquis établis dans le nord de la Nouvelle-Angleterre vers la rivière Saint-François. À leur tour, les Européens utilisent cette région comme lieu de passage, sans l'occuper. Elle demeure longtemps une zone tampon entre la colonie française du Saint-Laurent et les colonies anglaises de la côte Atlantique.

Auteur : Philippe Ménard

Révisé le : 2013-02-06 15:15:24